Roger de Bussy-Rabutin

« Quand on n’aime pas trop, on n’aime pas assez »

Bussy, au début de ses Mémoires, avertit son lecteur : « Lorsque j’entrai dans le monde, ma première et ma plus forte inclination fut de devenir honnête homme et de parvenir aux grands honneurs de la guerre ». Honnête homme, il le devint sans doute, dans la définition qu’il en donne : « L’honnête homme est un homme poli et qui sait vivre ».

Né à Épiry le 13 avril 1618 dans une famille bourguignonne d’ancienne noblesse dont il était fier, il reçut une solide instruction. D’abord au collège des Jésuites d’Autun puis à Paris au collège de Clermont, l’actuel lycée Louis-le-Grand, où il fut, dit-il, excellent élève. Il compléta son éducation de jeune noble « à l’académie chez Benjamin ». Il fréquenta les cercles mondains à la mode. Il étudia les Anciens, notamment Tacite, traduisit les poètes romains. S’il ne lisait guère de romans, il admirait Pascal et aimait fort ses contemporains : Molière, La Fontaine, Boileau, La Bruyère, Fontenelle… Il siégea volontiers à l’Académie française, où il avait été élu en 1665, et donnait des avis littéraires écoutés.

Il parvint également aux grands commandements à la guerre. Il fut sans conteste un soldat courageux, un officier brillant sinon toujours appliqué au service. Il avait commencé sa carrière à seize ans dans le régiment de son père. Lieutenant de la compagnie des chevau-légers du duc d’Enghien, puis mestre de camp général de la cavalerie, lieutenant général des armées du roi, il servit sous Condé, Conti et Turenne. Il se brouilla, malgré lui, avec Condé au moment de la Fronde lorsque le prince s’enticha du jeune Guitaut : « J’avais toujours fort aimé ce prince jusqu’à ce qu’il se fût refroidi pour moi et qu’il m’eût préféré un petit garçon sans naissance. »

Bussy s’est très bien entendu avec Conti, cadet de Condé, dont les qualités lui plaisaient au plus haut point : « Il avait l’esprit vif, net et gai, enclin à la raillerie ; il avait un courage invincible ; et s’il y avait quelqu’un au monde aussi brave que le prince de Condé, c’était le prince son frère ». En Catalogne notamment, ils enchaînaient combats et débauches. Ils composèrent ensemble la Carte du Pays de Braquerie, parodie féroce de la Carte de Tendre de Mlle de Scudéry.

Avec Turenne, les choses furent beaucoup plus difficiles. De malentendus en froissements d’amour propre, ils ne se comprirent pas. Bussy s’amusa à chansonner celui qu’il jugeait cependant : « le meilleur capitaine de son siècle ». Ainsi pour la levée du siège de Cambrai en 1657 :

« – Or nous dites Turenne
Où étiez-vous alors
Que Condé, ce grand prince,
Entra dans les dehors1 ?»

À une question du roi, Turenne répliquera, dit-on, que Bussy est « le meilleur de ses officiers… pour les chansons. »

Sûr de lui-même et confiant dans ses qualités, plein d’esprit, le gentilhomme bourguignon eut une jeunesse agitée. Ses piquantes aventures auraient été dignes de servir de modèle à un Dumas. On le trouve par monts et par vaux, des Flandres à la Catalogne, chevauchant pour les combats ou les plaisirs. Il se bat en duel au mépris de interdits royaux, multiplie les conquêtes amoureuses, tente d’enlever une riche veuve point consentante et cherche désespérément les moyens de s’équiper dignement pour servir le Roi. Le mauvais comportement de ses soldats lui valent la Bastille, mais il en sort enrichi de l’amitié du maréchal de Bassompierre. Au temps de la régence d’Anne d’Autriche, tout, ou presque, semblait sourire à Roger de Rabutin et ses ambitions paraissaient devoir se réaliser.

Au faîte de sa gloire, Bussy-Rabutin se présente ainsi dans l’Histoire amoureuse des Gaules : « Roger de Rabutin, comte de Bussy, maître de camp de la cavalerie légère, avait les yeux grands et doux, la bouche bien faite, le nez grand tirant sur l’aquilin et le front avancé, le visage ouvert, la physionomie heureuse, les cheveux blonds déliés et clairs ; il avait dans l’esprit de la délicatesse et de la force, de la gaieté et de l’enjouement ; il parlait bien ; il écrivait juste et agréablement ; il était né doux mais les envieux que lui avaient faits son mérite l’avaient aigri ; en sorte qu’il se réjouissait volontiers avec ses amis aux dépens des gens qu’il n’aimait pas ; il était bon ami et régulier ; il était brave, sans ostentation ; il aimait les plaisirs plus que la fortune, mais il aimait la gloire plus que les plaisirs ; il était galant avec toutes les dames et fort civil… »

Mais Bussy était aussi un libertin qui déplaisait aux cercles dévots, fort influents, en particulier auprès de la reine mère. Il avait déjà été exilé en 1659 après une débauche. Son esprit caustique et quelquefois médisant lui avait fait des ennemis puissants. Mais c’est la publication, contre son gré, de l’Histoire amoureuse des Gaules, franche satire des mœurs de la Cour, qui décida de son destin en 1665. Le roi le fit enfermer à la Bastille puis l’exila sur ses terres en Bourgogne. Son avancement à la Cour et dans la carrière militaire était définitivement brisé. Bussy ne sera pas maréchal de France. Il feignit l’indifférence : « Après les contrariétés de la fortune, je suis aussi peu fâché de n’être pas maréchal de France, dit-il à sa cousine de Sévigné, que de n’être pas roi. Un honnête homme fait tout ce qu’il peut pour s’avancer et se met au-dessus des mauvais succès quand il n’a pas réussi :

 » Quand on n’a pas ce que l’on aime
Il faut aimer ce que l’on a. »

Voilà de la bonne sagesse mais il affirme trop souvent son indifférence pour qu’on le croie.

Il prit plus grand soin de sa famille, en particulier de ses fils Amé-Nicolas et Michel-Celse, futur évêque de Luçon, et de sa fille Louise-Françoise. Il occupa ses loisirs forcés à embellir ses châteaux de Chaseu et, surtout de Bussy où fit réaliser un décor d’une beauté singulière, à achever ses Mémoires, à traduire les Anciens, à rédiger une Histoire généalogique de sa Maison, des Discours à ses enfants et à écrire à ses nombreux correspondants, notamment à sa cousine de Sévigné avec laquelle il aimait rabutiner. Bussy-Rabutin, grâce à l’exil, nous a laissé un important témoignage sur son temps et une véritable œuvre littéraire, originale, un genre d’écrire inconnu dira sa fille.

Le roi l’autorisa à revenir à Paris puis à reparaître à la Cour en 1682. Il accorda quelques faveurs à ses enfants. Enfin, en 1691, le souverain concéda une pension au vieux libertin dont il n’avait jamais aimé l’esprit. Bussy put alors considérer, même s’il ne s’agissait pas d’un véritable retour en grâce, qu’il ne faisait plus partie de la cohorte des Illustres Malheureux dans laquelle il s’était rangé. Bussy mourut le 9 avril 1693 à Autun où il fut enterré, dans l’église Notre-Dame aujourd’hui disparue.

 

(1) Les dehors désignent des ouvrages de fortification

Pour approfondir le sujet, cf.notamment Jacqueline DUCHÊNE, Bussy-Rabutin, Fayard, 1992.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search