Horizons anecdotiques – Appel à communication

La Société des amis de Bussy-Rabutin organise avec le soutien du CEREC(équipe de Plurielles, UR 24142, université de Bordeaux Montaigne) une journée d’étude consacrée à l’anecdote.

Véritable phénomène culturel au XVIIe siècle, l’anecdote est recherchée, recueillie, citée comme en témoignent les Historiettes de Tallemant des Réaux (1657-1659) ou les Anecdotes de Florence d’Antoine Varillas (1685). Elle se glisse partout : elle colore les Mémoires de Bussy-Rabutin, de la Grande Mademoiselle, de Retz, de Saint Simon, elle pimente les lettres de Mme de Sévigné, de la princesse Palatine, ou encore, et dans un autre registre, elle authentifie des témoignages judiciaires. Tous ces écrits ont recours à des petits récits brefs rapportant des faits curieux, des particularités, destinés à piquer la curiosité, à amuser, à railler, mais aussi à montrer et prouver et, comme ils ne parlent que de Choses vues, lues ou entendues, ils sont dignes de confiance et ils font partie des régimes d’écriture de l’histoire.

En effet, en rapportant des petits faits vrais, soi-disant cachés par l’histoire officielle, l’anecdote suscite ainsi par exemple le plaisir de découvrir la vie intime des personnages historiques.  Elle participe également de l’exemplum, du bon mot ou de l’apophtegme, elle entre alors dans des biographies officielles et des hagiographies pour enseigner, et emporter la conviction.  Dans les correspondances et les Mémoires, elle est qualifiée de bagatelle par exemple par le cardinal de Retz, elle devient un lieu de complicité socio-culturelle, car pour être pleinement goûtée, elle suppose une connaissance du contexte et des acteurs. 

L’anecdote quel que soit son objet est spectaculaire : elle séduit, elle circule, elle est mémorisée et transmise. Sa brièveté renforce son efficacité, aussi est-elle utilisée dans des projets très variés. La voilà biographique, instructive, morale, chrétienne, historique, dramatique…

Les communications pourront notamment s’intéresser à la présence, la forme et le rôle de l’anecdote :

– dans les correspondances (Mme de Sévigné, Mme de La Palatine…) et les Mémoires du XVIau XVIIIesiècle – les problèmes de la circulation des anecdotes du passé dans les textes contemporains, ou des destinataires des anecdotes et du cercle social qui se dessine par ce biais pourraient être posés ;

– dans la construction des hagiographies notamment celle de Jeanne de Chantal ;

– dans la définition du rabutinage entre les deux cousins ;

– dans le décor du château (avec par exemple ses liens avec les Mémoires et la correspondance de Bussy) ;

– dans ses rapports avec l’esthétique de la pointe ; 

– dans l’élaboration d’une écriture de l’histoire et du passé…

La journée d’étude se tiendra au château de Bussy-Rabutin le 10 septembre 2022 
Les communications, d’une durée de vingt-cinq minutes, seront publiées dans Rabutinages, la revue de la Société, en décembre 2022.

Les propositions de communication (titre et une quinzaine de lignes) sont à envoyer avant le 1er  juin 2022 par mail à : myriam.tsimbidy@u-bordeaux-montaigne.fr

Journée d’études “bussy-Rabutin : horizons emblématiques”

La prochaine journée d’études se tiendra au château le samedi 5 septembre 2020.

Elle est organisée par la Société des amis de Bussy-Rabutin et le Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures (CPTC – EA 4178) Université de Bourgogne Franche-Comté, avec le soutien de la mairie de Bussy-le-Grand et du Centre des Monuments Nationaux.

Programme

Continuer la lecture de Journée d’études “bussy-Rabutin : horizons emblématiques”

Acheter Rabutinages

Nos Rabutinages sont disponibles à la vente

Vous êtes intéressé(e) par un ou plusieurs numéros de Rabutinages ? Notre revue est en vente, au prix de 18 euros.

Téléchargez le bon de commande Rabutinages 2020

Pour commander Rabutinages ou pour plus d’informations, contactez-nous à l’adresse suivante :

 

Société des amis de Bussy-Rabutin

8, rue Edmond Roger

75015 Paris

Retrouvez également les derniers numéros de Rabutinages dans les librairies suivantes :

– Librairie GRANGIER, 14 rue du château, à Dijon

– Librairie L’ECRITOIRE, 30 place Notre-Dame à Semur-en-Auxois

– Librairie-boutique du château de Bussy-Rabutin

Horizons emblématiques – Appel à Communication

La richesse de l’œuvre littéraire de Roger de Rabutin est désormais établie, qu’il s’agisse de son roman, de ses Mémoires ou de ses écrits épistolaires et poétiques ; cependant, ses réalisations figuratives, bien qu’elles soient tout aussi raffinées, sont moins connues, même si elles ont fait l’objet de plusieurs études. 

Lors de son exil bourguignon, Bussy-Rabutin s’est attaché à la décoration de ses châteaux, Bussy et Chazeu. Il a notamment conçu un programme décoratif original pour orner plusieurs pièces du château de Bussy-le-Grand. Ce décor exceptionnel par son ampleur et par ses emprunts au genre de l’emblème suscite de nombreuses interrogations et appelle des approfondissements. 

La journée d’étude organisée par la Société des amis de Bussy-Rabutin avec le concours du Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures de l’Université de Bourgogne Franche-Comté, sera consacrée aux emblèmes du château de Bussy-Rabutin et à leur inspiration. Elle s’inscrit dans le renouvellement récent des études sur l’emblème qui, au-delà du livre imprimé, envisagent à présent aussi l’influence de l’emblématique dans les arts du décor et même dans l’ensemble de la culture visuelle à l’époque moderne.

Plusieurs pistes pourront être explorées pour enrichir la connaissance de ce décor. Il s’agit d’abord d’approfondir son lien avec l’œuvre littéraire de Roger de Rabutin. Jeu aristocratique et jeu de l’esprit, la devise exigeait une parfaite maîtrise des arts de la conversation et de la pointe. Dans les maximes et les légendes piquantes qui agrémentent les portraits du château, Bussy-Rabutin donne la preuve de son goût pour ces pratiques. Élève des jésuites, il connaissait parfaitement les codes et le lexique de l’emblématique. Ses liens avec les pères Rapin et Bouhours sont également bien connus. Ce dernier a d’ailleurs évoqué dans ses Entretiens d’Ariste et Eugènele corps ou le mot de plusieurs devises que l’on retrouve au château de Bussy. 

Enfin, une approche artistique est aussi particulièrement attendue. En effet, le contexte de production de ce décor – ou d’autres comparables – mérite d’être abordé. On pourra par exemple s’interroger sur les ateliers qui ont travaillé au château, sur les techniques employées, sur les liens entre les devises et les autres éléments du décor et plus généralement sur l’analyse iconologique des emblèmes. Les rapprochements avec d’autres décors français et européens demandent une attention particulière.

La journée d’étude se tiendra au château de Bussy-Rabutin le 5 septembre 2020. Les communications, d’une durée de vingt-cinq minutes, seront publiées dans Rabutinages, la revue de la Société, avant le 31 décembre 2020. Les propositions sont à adresser avant le 10 mai à :      

Marie Chaufour : chaufour.marie7@gmail.com

et à :

Christophe Blanquie : ch.blanquie@outlook.com

2018 Bussy-Rabutin : Horizons féminins

La prochaine journée d’étude, Bussy-Rabutin : Horizons féminins  se tiendra le samedi 8 septembre au château de Bussy.

Elles est organisée par la Société des Amis de Bussy-Rabutin, le Centre d’Etude et de Recherche de l’Europe Classique (CLARE, EA 4593, Université de Bordeaux Montaigne), avec le soutien de la mairie de Bussy-le-Grand et le parrainage de la Société Internationale d’Etude des Femmes d’Ancien Régime

Continuer la lecture de 2018 Bussy-Rabutin : Horizons féminins

2014

27 septembre  : Horizons libertins, journée d’étude organisée par Christophe Blanquie et Myriam Tsimbidy avec le soutien de l’Equipe d’Accueil CERES/CLARE de l’Université Montaigne de Bordeaux.

Myriam Tsimbidy, Du libertinage et du rabutinage

 Françoise Poulet, Extravagances et folies anti-galantes dans les Historiettes de Tallemant des Réaux et dans l’Histoire amoureuse des Gaules de  Bussy-Rabutin

Continuer la lecture de 2014

2013

20 septembre : Horizons nobiliaires bourguignons, journée d’étude organisée par Christophe Blanquie et Jérôme Loiseau

Programme de la journée :

Christophe Blanquie, Société et hiérarchies nobiliaires dans l’oeuvre de Bussy

Stéphane Pannekoucke, Fonction et emplois nobles en Bourgogne dans le dernier tiers du XVIIe siècle

Fadi El Hage, Un gentilhomme bourguignon au coeur des mutations du Grand Siècle : Charles de Montsaulnin, comte du Montal (1616-1696)

Michèle Virol, Le pré-carré de Vauban, gentilhomme du Morvan

Jérôme Loiseau,  Les conditions sociales de la trajectoire de Roger de Rabutin, comte de Bussy dans l’Etat royal (1638-1665)

Daniel-Henri Vincent, “Bussy-Rabutin”, l’heureux maréchal

Une visite, par Marie Chaufour, consacrée à L’expression de la noblesse familiale dans le château, complétait cette journée.

Les actes de cette journée d’étude sont publiés dans le n° 23 de Rabutinages.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search