Horizons anecdotiques – Appel à communication

La Société des amis de Bussy-Rabutin organise avec le soutien du CEREC(équipe de Plurielles, UR 24142, université de Bordeaux Montaigne) une journée d’étude consacrée à l’anecdote.

Véritable phénomène culturel au XVIIe siècle, l’anecdote est recherchée, recueillie, citée comme en témoignent les Historiettes de Tallemant des Réaux (1657-1659) ou les Anecdotes de Florence d’Antoine Varillas (1685). Elle se glisse partout : elle colore les Mémoires de Bussy-Rabutin, de la Grande Mademoiselle, de Retz, de Saint Simon, elle pimente les lettres de Mme de Sévigné, de la princesse Palatine, ou encore, et dans un autre registre, elle authentifie des témoignages judiciaires. Tous ces écrits ont recours à des petits récits brefs rapportant des faits curieux, des particularités, destinés à piquer la curiosité, à amuser, à railler, mais aussi à montrer et prouver et, comme ils ne parlent que de Choses vues, lues ou entendues, ils sont dignes de confiance et ils font partie des régimes d’écriture de l’histoire.

En effet, en rapportant des petits faits vrais, soi-disant cachés par l’histoire officielle, l’anecdote suscite ainsi par exemple le plaisir de découvrir la vie intime des personnages historiques.  Elle participe également de l’exemplum, du bon mot ou de l’apophtegme, elle entre alors dans des biographies officielles et des hagiographies pour enseigner, et emporter la conviction.  Dans les correspondances et les Mémoires, elle est qualifiée de bagatelle par exemple par le cardinal de Retz, elle devient un lieu de complicité socio-culturelle, car pour être pleinement goûtée, elle suppose une connaissance du contexte et des acteurs. 

L’anecdote quel que soit son objet est spectaculaire : elle séduit, elle circule, elle est mémorisée et transmise. Sa brièveté renforce son efficacité, aussi est-elle utilisée dans des projets très variés. La voilà biographique, instructive, morale, chrétienne, historique, dramatique…

Les communications pourront notamment s’intéresser à la présence, la forme et le rôle de l’anecdote :

– dans les correspondances (Mme de Sévigné, Mme de La Palatine…) et les Mémoires du XVIau XVIIIesiècle – les problèmes de la circulation des anecdotes du passé dans les textes contemporains, ou des destinataires des anecdotes et du cercle social qui se dessine par ce biais pourraient être posés ;

– dans la construction des hagiographies notamment celle de Jeanne de Chantal ;

– dans la définition du rabutinage entre les deux cousins ;

– dans le décor du château (avec par exemple ses liens avec les Mémoires et la correspondance de Bussy) ;

– dans ses rapports avec l’esthétique de la pointe ; 

– dans l’élaboration d’une écriture de l’histoire et du passé…

La journée d’étude se tiendra au château de Bussy-Rabutin le 10 septembre 2022 
Les communications, d’une durée de vingt-cinq minutes, seront publiées dans Rabutinages, la revue de la Société, en décembre 2022.

Les propositions de communication (titre et une quinzaine de lignes) sont à envoyer avant le 1er  juin 2022 par mail à : myriam.tsimbidy@u-bordeaux-montaigne.fr



Citer ce billet
Marie Chaufour (2022, 23 janvier). Horizons anecdotiques – Appel à communication. Société des amis de Bussy-Rabutin. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m5u7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.