Bussy en quelques dates

1618 : Le vendredi 13 avril, Roger de Rabutin, futur comte de Bussy, troisième fils de Léonor de Rabutin et de Diane de Cugnac, naît au château d’Épiry, près d’Autun. Son parrain, Roger de Saint-Lary, duc de Bellegarde, est gouverneur de Bourgogne.

1626 :Naissance le 5 février à Paris de Marie de Rabutin-Chantal, future marquise de Sévigné, cousine de Bussy.

1627 :Bussy entre avec son frère aîné au collège des jésuites d’Autun. Mort du père de Marie, Celse-Bénigne de Rabutin, baron de Chantal, lors d’un combat contre les Anglais à l’île de Ré.

1629 :La famille de Rabutin-Bussy s’installe rue de la Harpe, à Paris. Roger fait de brillantes études au collège de Clermont (aujourd’hui Louis-le-Grand).

 

1634 :Léonor de Rabutin-Bussy confie à son fils la première compagnie de son régiment et l’envoie au siège de la Motte, en Lorraine. À la fin de la campagne, Roger fréquente l’académie de Benjamin pour parfaire son éducation de gentilhomme.

1635 :Il participe à la campagne de Lorraine à la tête du régiment d’infanterie de son père et y prend les quartiers d’hiver pour apprendre son métier d’officier.

1636 :Bussy combat dans le comté de Bourgogne (l’actuelle Franche-Comté) avec l’armée d’Henri de Bourbon, prince de Condé ; il occupe Pesmes et fait la retraite après l’abandon du siège de Dole. Il participe au siège de Corbie.

1637 :Bussy reçoit procuration de son père pour l’élection du tuteur de Marie de Rabutin ; l’oncle de l’orpheline, Philippe de Coulanges, sera choisi. Bussy participe à la prise de Landrecies par le cardinal de La Valette puis, malade, se retire en Nivernais.

1638 :Bussy se rend à la cour ; son père se démet en sa faveur de son régiment d’infanterie dont Richelieu accepte qu’il devienne le mestre de camp ; il se bat en duel avec Busc ; il fait la guerre aux frontières avec son régiment.

1639 : Suite des campagnes ; Bussy a une liaison avec une dame de Châlons ; nouveau duel ; il voyage en Bourgogne puis se rend à la cour.

1640 :Louis XIII passe en revue le régiment de Bussy qui, après la prise d’Arras, est envoyé en garnison à Moulins. Bussy tombe amoureux de la comtesse de Busset.

1641 :Des soldats du régiment de Bussy se livrent à la contrebande du sel en son absence ; tenu pour responsable, il est emprisonné cinq mois à la Bastille ; il y rencontre le maréchal de Bassompierre ; il retourne au combat puis se rend à la cour. Sa parente, la mère Jeanne de Chantal, fondatrice de l’ordre de la Visitation Sainte-Marie, meurt à Moulins.

1642 :Roger de Rabutin se guérit d’une amourette en lisant les Remèdes d’amour d’Ovide et séjourne en Bourgogne, principalement au château de Bussy-le-Grand.

1643 : Bussy se marie le 28 avril à Alonne, dans l’Autunois, avec Gabrielle de Toulongeon, fille d’Antoine de Toulongeon, gouverneur de Pignerol et de Françoise de Rabutin, sœur du baron de Chantal.

1644 : Bussy achète la charge de lieutenant de la compagnie de chevau-légers d’ordonnance du prince de Condé ; son oncle, Hugues de Rabutin, devient grand prieur de France. Mariage à Paris de Marie de Rabutin-Chantal avec Henri de Sévigné.

1645 : Mort de Léonor de Rabutin, le père de Bussy ; Roger lui succède dans la charge de lieutenant de roi en Nivernais ; il fait campagne sous Turenne.

1646 : En février, Bussy quitte Forléans où il réside avec sa jeune épouse pour prendre possession de sa lieutenance de roi en Nivernais ; il est nommé conseiller d’Etat ; il fait campagne en Flandre. La déclaration contre les duels ne l’empêche pas de se battre. Prise de Mardick et de Dunkerque : Bussy s’y distingue devant le duc d’Enghien. Sa femme Gabrielle meurt, lui laissant trois filles : Diane, âgée de deux ans, Charlotte, un an et Louise-Françoise qui vient de naître.

1647 :Bussy loge au Temple chez son oncle le grand prieur ; il sert en Catalogne sous Condé comme capitaine-lieutenant de sa compagnie de chevau-légers ; il se livre à une débauche à Lérida ; malade, il rentre en Bourgogne dans son château de Chaseu.

1648 :Bussy enlève une riche veuve, madame de Miramion, dont il se croit aimé. ; il a été trompé ; l’affaire tourne à son désavantage.

1649 : La cour quitte Paris pour Saint-Gremain où Bussy la rejoint ; il participe aux combats autour de Paris ; Son dernier frère, Gui de Rabutin, meurt au Temple. Brouille avec Condé qui manifeste sa préférence pour Guitaut, le cornette de sa compagnie.

1650 :Arrestation des princes. Bussy se remarie avec Louise de Rouville, fille de Jacques de Rouville et d’Isabelle de Longueval, cousine de la duchesse d’Orléans ; il prend à regret le parti de Condé au début de la Fronde des princes et rejoint la forteresse de Montrond ; sa mère, Diane de Cugnac meurt à Bussy ; il est contraint de se déguiser pour se rendre alors en Bourgogne.

1651 :Bussy vend sa charge de capitaine-lieutenant à Guitaut, futur seigneur d’Epoisses ; Condé se prépare à la guerre contre la cour ; Bussy prend le parti du roi et va s’assurer de la loyauté du Nivernais ; il reçoit un brevet de maréchal de camp. Mort d’Henri de Sévigné à la suite d’un duel.

1652 : Mazarin rentre en France et Bussy va lui rendre visite. Victoire de Condé à Bléneau. Bussy lève des troupes pour le roi en Nivernais.

1653 : Bussy achète la charge de mestre de camp général de la cavalerie légère ; il sert sous Turenne mais, par maladresse, froisse irrémédiablement le maréchal. De retour à Paris, il devient amoureux de madame de Montglas.

1654 :Bussy, promu lieutenant-général des armées du roi, va servir en Catalogne sous les ordres du prince de Conty, frère de Condé. Ils composent la Carte du pays de Braquerie, parodie galante de la Carte de Tendre de Mlle de Scudéry.

1655 :Bussy est à l’armée de Flandre sous les ordres de Turenne.

1656 : Bussy combat à Valenciennes et se réconcilie, provisoirement, avec Turenne ; mort de son oncle le grand prieur de France ; il passe l’hiver à la cour.

1657 :Campagne d’Artois, prise de Mardick. Bussy, qui est l’heureux amant de madame de Montglas, n’est guère apprécié de Fouquet et de Mazarin.

1658 : Bussy se brouille avec madame de Sévigné qui refuse de l’aider à financer sa campagne ; victoire des Dunes où il se distingue ; prise de Dunkerque ; le roi est aux armées.

1659 : Premier exil de Bussy à la suite d’une scandaleuse partie à Roissy à la fin de la semaine sainte ; il peut regagner Paris à l’automne, mais pas la cour.

1660 :Bussy rencontre Condé, amnistié après la paix entre la France et l’Espagne. Il va passer quelques jours à Lyon auprès de madame de Montglas malade, revient à Bussy et commence à écrire, pour la divertir, l’Histoire amoureuse des Gaules ; à Paris, il assiste à l’entrée solennelle du roi et de la jeune reine Marie-Thérèse ; il est autorisé à retourner à la cour.

1661 : Bussy à la cour ; il voit bien que le roi ne l’aime guère.

1662 :Bussy continue sa cour sans grand succès : il va en Bourgogne, dépité de n’être pas du carrousel organisé par le roi ; il lit son roman, l’Histoire amoureuse des Gaules, à quelques amis et en prête le manuscrit à madame de la Baume qui le copie à son insu.

1663 :Bussy va à Saint-Fargeau rendre visite à Mademoiselle ; grâce à un prêt de madame de Sévigné, il peut se rendre à l’armée de Lorraine ; l’Histoire amoureuse des Gaules commence à circuler.

1664 : Bussy assiste à Versailles à la fête des Plaisirs de l’île enchantée de Molière ; il a la confirmation de la trahison de madame de la Baume ; Louis XIV se plaint de Bussy ; cependant il apprécie ses Maximes d’amour que Monsieur, son frère, lui a remises.

1665 : Bussy est élu à l’Académie française ; mais l’Histoire amoureuse des Gaules fait scandale ; Bussy tente de convaincre le roi que tout ce qui circule sous son nom n’est pas de lui et qu’il n’a jamais écrit contre la famille royale ; Louis XIV, un moment convaincu, reçoit de nouvelles plaintes ; Bussy est emprisonné à la Bastille ; il tente de se défendre, tombe malade et doit se démettre de sa charge de mestre de camp général de la cavalerie ; sa maîtresse l’abandonne.

1666 :Bussy, malade, obtient de quitter la Bastille pour se faire soigner chez le chirurgien Dalancé ; le roi l’autorise à se retirer en Bourgogne ; il arrive au château de Bussy le 10 septembre pour un exil de 17 ans.

1667 : Bussy s’emploie à mettre de l’ordre dans ses affaires et à faire décorer son château de Bussy-le-Grand ; il entretient une importante correspondance.

1668 : Conquête de la Franche-Comté par Condé : Bussy demande en vain au roi d’y participer ; il commence  la rédaction de ses Mémoires.

1669 :Mariage de Françoise-Marguerite de Sévigné et de François de Grignan, nommé la même année lieutenant-général du roi en Provence.

1671 :Première séparation : début de la correspondance de madame de Sévigné à madame de Grignan.

1672 :Le roi autorise Bussy à se rendre à Paris pour ses affaires.

1673 : Séjour de Bussy à Paris : il retrouve ses amis avec plaisir ; il se brouille avec Boileau dont il a brocardé l’Epître IV.

1674 :Bussy demeure clandestinement à Paris ; le roi l’apprend et le contraint à regagner la Bourgogne. Naissance de Pauline, petite fille de madame de Sévigné, future marquise de Simiane.

1675 :Mariage, à Chaseu, de Louise-Françoise, troisième fille de Bussy, avec Gilbert de Langheac, marquis de Coligny.

1676 :Bussy est à nouveau autorisé à séjourner à Paris ; première campagne d’Amé-Nicolas, fils aîné de Bussy ; mort du marquis de Coligny ; Louise-Françoise donne naissance quelques jours après à un garçon, Roger-Marie, qui portera le titre de marquis d’Andelot.

1677 :Bussy et Louise-Françoise regagnent la Bourgogne puis se rendent à Cressia visiter les terres du jeune marquis d’Andelot ; devant la misère des villageois, Bussy intervient auprès de Chauvelin, intendant de Franche-Comté. Fin août, madame de Sévigné passe à Chaseu chez son cousin de Bussy ; de retour à Paris, elle s’installe à l’hôtel de Carnavalet où elle habitera jusqu’à sa mort. Le roi donne une compagnie de cavalerie à Amé-Nicolas.

1679 : Bussy est autorisé à faire un nouveau séjour à Paris.

1680 :Le roi accepte de lire les Mémoires de Bussy ; Avec sa fille Louise-Françoise et un ami, La Rivière, ils regagnent la Bourgogne en passant par la Picardie et la Champagne.

1681 :Bussy envoie à Louis XIV une première partie de sa correspondance, incluant des lettres de madame de Sévigné ; le roi l’autorise à séjourner à Paris autant qu’il lui plaira ; le 19 juin, Louise-Françoise épouse clandestinement Henri-François de la Rivière ; Bussy, ulcéré, tente de faire annuler ce mariage.

1682 :Louise-Françoise donne naissance, en secret, au fils qu’elle a eu de sa brève union avec La Rivière ; le 12 avril, Bussy est autorisé à assister au lever du roi à Saint-Germain ; après l’immense joie que lui procure ce rappel à la cour, il est déçu de ne pas obtenir de nouvelles grâces ; sa fille Marie-Thérèse épouse le 30 septembre Louis de Madaillan, marquis de Montataire.

1683 :Bussy retourne à la cour malgré le piètre accueil qu’il y reçoit ; en août, il doit être opéré d’une fistule puis rentre se rétablir en Bourgogne.

1684 :Bussy perd son procès contre La Rivière.

1685 :Bussy achève l’Histoire généalogique de la Maison de Rabutin.

1687 :Mort de l’ami fidèle de Bussy, le duc de Saint-Aignan ; il retourne à la cour ; son fils Michel-Celse obtient une abbaye. Début de la querelle des Anciens et des Modernes : Bussy prend parti pour les Modernes.

1688 :Bussy quitte la cour pour la Bourgogne ; il traduit les Lettres d’Héloïse et d’Abélard ; Amé-Nicolas obtient du roi une pension, une compagnie dans un bon régiment de cavalerie et Michel-Celse un prieuré.

1690 :Bussy est à la cour lorsque meurt la Dauphine ; il participe, avec l’Académie française, aux cérémonies de deuil ; Louise-Françoise prend le titre de comtesse de Dalet.

1691 :Bussy rédige son Discours à ses enfants sur le bon usage des adversités et, parallèlement, un Discours sur le bon usage des prospérités  ; à la cour, chacun lui fait bonne figure ; le roi lui donne une pension de 4000 livres.

1692 :Bussy écrit une Oraison à la Vierge et l’Histoire en abrégé de Louis le Grand, quatorzième du nom, roi de France.

1693 :Bussy-Rabutin meurt le 9 avril à Autun ; il est enterré à l’église Notre-Dame.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie Chaufour (8 août 2018). Bussy en quelques dates. Société des amis de Bussy-Rabutin. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m5tl


2 réflexions sur « Bussy en quelques dates »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.